Edition (6) : Protéger son oeuvre

 

Que vous en soyez à votre premier jet ou à votre dernier, vous devez vous poser la question de la protection de votre livre, avant de le distribuer (beta-lecteurs, correcteurs, maisons d’éditions si souhaité, etc.).


1/ La protection avant publication. (5 méthodes)

_ L’envoi d’une lettre recommandée scellée à soi-même, en papier ou en électronique. (5euro en moyenne, valable à vie)

_ L’enveloppe Soleau. (15euro en moyenne, valable 5ans)

_ Dépôt à une société d’auteurs (45euro en moyenne, valable 4ans)

_ Dépôt auprès d’un notaire/huissier (très cher…)

_ Dépôt en ligne (entre 8 et 13euro, valable à vie et sans besoin d’impression)

Vous trouverez le détail dans cet article parfaitement bien écrit et détaillé.

Personnellement, j’ai d’abord tenté le choix n.1 en envoi papier. Je l’ai vite trouvée trop compliquée, rien que parce que je devais imprimer le livre, me déplacer à la poste puis stocker le recommandé qui contenait quand même plus de 300 pages A4! Je n’ai pas essayé l’option d’envoi électronique car je ne la connaissais pas à ce moment-là. 

Quoi qu’il en soit, après quelques recherches, j’ai opté pour le choix n.5, le dépôt en ligne. Il y a une pléthore de sites sur le sujet aujourd’hui, mais j’ai fini par m’arrêter sur COPYRIGHTFRANCE, un site qui est certes un peu confus au premier abord, mais que je trouve très bien. Je vous invite à découvrir ses formules. 


_ Protection illimitée dans le temps

_ Protection moins cher si vous prenez des packs

_ Protection dans presque tous les pays du monde (important je pense, car les Us ont une politique de protection particulière)

_ Possibilité de mettre à jour son dépôt durant un mois.

Je n’ai plus rien d’autre à dire sur le sujet, excepté que vous protégez votre oeuvre et non une idée ! Pensez donc bien à protéger l’oeuvre une fois que le socle est posé. Protéger un synopsis ne fonctionnera pas. 

2/ Les droits d’auteur. 

Cette seconde partie concerne la gestion de vos droits juste avant la publication. Lorsque vous êtes en contrat avec une maison d’édition, vos droits ne vous appartiennent plus alors la question ne se pose pas. Lorsque vous êtes auto-édité en revanche, vous avez la main sur cette partie.


Vous aurez le choix entre : 

– « Tous droits réservés pour tous pays »

C’est le mode classique le plus utilisé. Il protège votre oeuvre de toute utilisation,  copie ou modification quelconque. C’est la solution la plus simple, même si certains lecteurs/ auteurs la trouvent un peu trop « fermée » ou « exclusive ».

– « Creative commons »

Il s’agit de licenses « non exclusives » qui permettent aux auteurs de mettre leurs oeuvres à disposition du public à des conditions prédéfinies. Le public pourra donc effectuer certaines utilisations de votre oeuvre, selon ce que vous aurez décidé. 

NB. Visitez cette page ou encore celle-ci si vous voulez en savoir plus. 

J’espère n’avoir rien oublié. N’hésitez pas à complèter cet article de vos commentaires si c’est le cas !


Sur ce, je vous souhaite une excellente journée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *